Rosina de Pèira

Parcours musical de Rosina de Pèira - Deux fois grand Prix International du Disque de l'Academie Charles Cros.

ROSINA DE PEIRA tout le monde la connaît, dit-on. Et pourtant je suis sûr qu'elle n'a pas fini de nous étonner. Son CD « ANUEIT » est sans aucun doute le nouvel événement dans le milieu musical toulousain occitan et, nous en sommes convaincus, européen et mondial. Car ce nouveau CD est à la fois le fruit d'une longue gestation et une nouvelle tentative musicale. ROSINA n'a jamais cessé d'ouvrir des voies nouvelles. Elle devient auteur compositeur. La seule chanson traditionnelle est le « SE CANTA » hommage à la culture dont elle est l'une des plus brillantes représentantes.

Le reste, ce sont ses propres textes et mélodies, si on excepte deux textes de LOUISA PAULIN, dont l'un lui permet de renouveler le magnifique « som som »et un texte de Fulbert CANT.

Je soulignerai d'une part sa fidélité à sa culture de référence tant au niveau des textes, que des mélodies et des rythmes et d'autre part la modernité de la démarche jusqu'à la tentative à la fois déconcertante et époustouflante de AJUDA dont le texte est un appel au secours et la musique une illustration de cette angoisse fondamentale qu'elle tente d'exprimer, cette chanson ne manquera pas d'en étonner certains et d'en fasciner beaucoup.

  • En 73, avec Martine, sa fille, elle fait entrer le folklore occitan sous la forme de la chanson traditionnelle dans le mouvement de la « nova cançon occitana » et contribue comme son ami ALAN STIVELL en Bretagne, à la naissance de ce que l'on a appelé le « folk occitan ».
  • En 74, devant la réticence du mouvement occitaniste, elle devient cofondatrice des « EDICIONS REVOLUM » dont elle sera un pilier, et publie son premier disque.
  • En 75, considérée abusivement comme l'égérie du mouvement politique occitan à Toulouse, elle est interpellée en même temps que 40 autres militants occitans. Cela ne l'empêche pas de publier son deuxième disque en 76, seule, avec une nouvelle formule musicale plus épurée. Au verso de cette pochette figure un poème composé par son ami MAURICE ANDRIEU intitulé « FOLKLORE » (l) et qu'il avait composé en pensant à elle, au moment où, sans qu'il le sache, elle était scandaleusement retenue « en garde à vue » .
  • En 78, MARTINA la rejoint et elles publient «CANCONS DE FEMNAS ».
  • En 80, elles obtiendront pour ce 33 t. le « GRAND PRIX INTERNATIONAL DU DISQUE DE L'ACADEMIE CHARLES CROS » qui récompensera cette sélection témoignage de la condition de la femme occitane à travers les âges et la première tentative de mariage entre instruments traditionnels occitans et instruments électriques dans les accompagnements.
  • En 81, de disque « IE » va encore plus loin dans cette quête de métissage instrumental et musical, on tente déjà une intégration des voix à l'accompagnement musical qui les soutient.
  • EN 83, « TROBADORS » est le premier disque des TROUBADOURS interprété par des occitanes, avec la volonté de faire ressortir l'actualité de ces chansons médiévales tant au niveau de la langue que de l'interprétation musicale.
  • Puis, c'est la tentative (parfaitement réussie) d'ensemble vocal de « NADAL ENCARA » avec MARTINA, CLARA (sa deuxième fille) et son amie FRANCOISE DAGUE, qui aura un succès retentissant : fait exceptionnel un deuxième « GRAND PRIX INTERNATIONAL DU DISQUE DE L'ACADEMIE CHARLES CROS » leur est octroyé en 1985 et le CD sur la demande de « KING RECORDS » TOKYO JAPAN, sera diffusé sur toute L'ASIE.
    C'est dans le même temps le début de tournées internationales avec une formule mémorable, en quatuor : voix, vielle (Dominique Regef) et piano Fender (Michel Goubin). Magnifiques succès...
  • En 84, ROSINA se retrouve seule une deuxième fois et rencontre Bernard LUBAT. Avec lui, elle monte le spectacle intitulé « E DINS 700 ANS VERDEJARA LA LAURIERA » création subventionnée par le Ministère de la Culture. Ils vont « tourner » ensemble pendant 2 ans. Malheureusement aucun enregistrement de ce spectacle ne pourra aboutir valablement.
  • En 86, elle retrouve MARTINA c'est le début d'une autre aventure inovante : les concerts A CAPELLA, pleins de difficultés, de courage et de talent. Elles se produisent un peu partout dans cette formule épurée, de préférence dans les églises parce que « sans sono » et lieux de bonne réverb. Elles alternent « chants de troubadours et nadalets »Pendant un certain temps CLAIRE, les rejoindra et le duo deviendra trio pour la plus grande joie du public.
  • En 90, sélectionnées pour participer au FESTIVAL INTERNATIONAL DE MUSIQUE ANCIENNE DE BRUGES (Belgique) elles font la connaissance de MARC LOOPUIT, joueur de luth arabe, spécialiste de musique ARABO-ANDALOUSE. Ce dernier accompagnera ROSINA dans une série de concerts intitulés « chants de troubadours et chants traditionnels du Moyen âge Occitan ». ROSINA participera au « VOYAGE DE ZIRYAB » création de MARC. Ils donneront plusieurs spectacles, en France et au MAROC notamment à MARRAKECH dans la célèbre MEDERSA BEN YOUSSEF, ou les étudiants de l'Ecole de Musique, auditeurs attentifs, sont venus dire à ROSINA leur surprise de découvrir ces mélodies occitanes parfois un peu « arabisantes », si proche des leurs et qu'ils n'avaient jamais entendues en France durant leur long séjour.
  • En 2000, dans le cadre du 32ème FESTIVAL D'OCCITANIE DE MONTAUBAN création d'un spectacle pluriel intitulé « ROSINA DE PEIRA CANTA - ATAL DOMNA -...Paratge 2000 »., écrit et réalisé par Félix Marcel CASTAN (écrivain occitan et théoricien de la décentralisation culturelle). Conception générale et mise en œuvre : Félix-M. et Betty DAËL- CASTAN.

    Voici un extrait de ce livret : « LA GRANDE DAME DE LA CHANSON OCCITANE « sur le front du millenium et de la Paix « ROSINA DE PEIRA est aujourd'hui au sommet d'elle-même et de son art. Les Troubadours. Le folklore. Et maintenant auteur-compositeur d'une grande originalité...Il est temps qu'elle soit reconnue par tous comme la figure emblématique, la voix subtile de l'Occitanie renaissante. Un chant actif, profond et enjoué, sans arrogance, perméable à toutes les émotions de cette fin de siècle... ROSINA nous apprend à réagir librement, en temps qu'individu, aux injonctions du collectif et aux pressions ethniques, sans s'isoler pourtant. - Les artistes qui l'entourent, tels qu'en eux-mêmes ... Il ouvrent les voies d'une création très incarnée sur le seuil du nouveau siècle, chacun dans la spécificité de sa discipline : non pas provincialisés, mais fortement intégrés à la société et au cosmos. Cette année 2000 a été décrétée par l'ONU année de la Paix. L'Occitanie se souvient qu'elle a, il y a mille ans, posé sans équivoque, pour la première fois au monde, le principe de la suprématie universelle de l'œuvre de PAIX. »

    « PARIS/OCCITANIE Pour un dialogue Pour une Grande République Pour une libre constellation créatrice au Sud « participants : Bernard LUBAT et Cie, TAYEB BENAMARA (danse HIP HOP), Xavier VIDAL (violon) Renat JURIER , récitants : Serge PEY, André BENEDETTO, René GOUZENNE, José SOBRECASES. »
  • En 2003, je continue à donner des concerts à cappella, dans les mêmes conditions techniques, il en sera ainsi tant que ma voix sera fidèle, ainsi que le public...

    J'espère pouvoir aussi porter à la connaissance du plus grand nombre, le magnifique spectacle ci-dessus « ATAL DOMNA » image forte d'une OCCITANIE actuelle et incontournable.

    Cet année verra aussi la naissance (en auto-production) du cd « Gospel d'Òc » ....En vente par souscription à 20 euros (port et emballage compris) dont voici le texte de présentation de Betty Daël -Castan : «Cet enregistrement a été réalisé « sul viu » (sur le vif) le 22/11/2002 en l'église de l'UNION (Haute Garonne) pendant le concert à cappella de Rosina de Pèira, sans arrangement ni fioriture technique. Déclaration de principe de réalité aléatoire. A l'époque où la perfection diabolique de la technique nous promet des chanteuses virtuelles à la voix synthétique trafiquée à l'infini, ce rendu est l'exacte reproduction du vivant c'est-à-dire du miracle qui fait que le spectacle d'accomplit dans l'échange vécu, à la minute même, sans tricherie avec tous les risques de l'humanité, donc du faillible et de l'imperfection. C'est aussi un moment d'éternité ».



"... Que ges cant, non val al commençament
Tan coma puèi quand òm l'entend..."

"...Je crois fermement que nul chant ne vaut de premier abord,
autant qu'ensuite quand on l'entend...."

Guiraud de BORNELH
(...1162-1199...)

Le calendrier

« janvier 2003 »
lunmarmerjeuvensamdim
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031

Les abonnements