Rosina de Pèira

Folklore!

A Rosina De Peira.

Folklore!

Ils commencèrent à danser
Et chanter leurs chansons.
Veillées merveilleuses
Danses venues du fond du temps
Chansons anonymes
Sur la pente de l'oubli
Contes de Bernard mon oncle...

Folklore!
Disaient les autres en faisant la moue
Avec cet air de mépris et de dégoût
Qu'il est de bon ton de prendre
Quand on jette aux ordures
Les fleurs offertes qui sont fanées
Et les vêtements déchirés.

Quand ils eurent assez dansé, ceux qui dansaient
Et assez chanté leurs chansons
Ils s'aperçurent que c'était là que dormait leur âme
Et que depuis toujours on la leur avait volée.
Alors se dressèrent de nouveaux trouvères
Pour dire la parole perdue
En criant les malheurs du moment.

Folklore!
Grincèrent les « culs pincés »
Qui avaient échangé les fleurs naturelles
Contre des roses en plastique
Achetées à crédit
Dans le supermarché le moins cher
- Le dernier cri disait la télévision -

Quand éclata la première bombe
Dans la cour de
Je ne sais quelle Préfecture,
Ils ne comprirent pas
Ce qui venait de se passer.

MAURICI ANDRIEU. TOLOSA , lo 21 d'octobre 1975



"... Que ges cant, non val al commençament
Tan coma puèi quand òm l'entend..."

"...Je crois fermement que nul chant ne vaut de premier abord,
autant qu'ensuite quand on l'entend...."

Guiraud de BORNELH
(...1162-1199...)

Le calendrier

« février 2004 »
lunmarmerjeuvensamdim
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829

Les abonnements